fourbure

La fourbure chez le cheval

Définition

La fourbure est une congestion et une inflammation  du pied  dont les conséquences peuvent être dramatiques puisqu’il s’agit de la deuxième cause de mortalité chez nos équidés. C’est donc une urgence médicale et il faut impérativement prévenir votre vétérinaire en cas de suspicion de fourbure.

Le pied du cheval est constitué principalement par la phalange distale (ou troisième phalange) qui est maintenue en place grâce aux tissus mous qui l’entourent (le podophylle et le kéraphylle). Lors d’une inflammation et d’une perturbation du réseau sanguin du pied, ces tissus qui sont imbriqués à la façon d’un velcro,  peuvent de désolidariser. Du coup, ils ne remplissent plus leur rôle de maintien de la phalange et celle ci bascule vers le bas, entrainée par le tendon fléchisseur profond. En cas de lésions sévères des tissus, la phalange peut descendre dans la boite cornée (on parle d’effondrement) allant pour les cas graves jusqu’à perforer la sole.

Pied normal:

Image

Pied fourbu:

Image

Symptômes

La fourbure peut être aiguë (crise) ou chronique (gêne permanente), elle concerne le plus souvent les antérieurs mais peut aussi atteindre les 4 pieds voir un seul.

Comme souvent il n’y a pas de règle en matière de symptômes, certains chevaux ne présenteront aucuns signes avant coureur jusqu’à l’apparition d’une douleur intense alors que d’autres auront des signes cliniques plus progressifs.

Voici une liste non exhaustive des symptômes: pied chaud souvent accompagné d’un pouls poplité (on sent le pouls au niveau du paturon),  cheval qui marche sur des œufs, qui piétine, qui refuse de donner les pieds. Cheval qui a du mal à tourner court en particulier sur un sol dur. Cheval qui se campe ( met son poids sur l’arrière main afin de soulager les antérieurs). Enfin le cheval peut refuser de se déplacer ou encore se coucher et être dans l’incapacité de se relever.

Causes

La fourbure n’est pas une maladie en elle même mais la conséquence d’une autre maladie. Les causes sont nombreuses et seules les plus connues seront évoquées dans cet article.

Cause alimentaire: C’est la cause la plus fréquente, notamment lors de la mise à l’herbe au printemps et à l’automne quand l’herbe est particulièrement riche en glucides solubles.  L’ingestion accidentelle d’une grosse quantité de céréales (cheval qui entre dans la graineterie), est moins fréquente mais peut entrainer elle aussi une fourbure.

Maladies endocriniennes: Il s’agit  du syndrome métabolique équin (SME) chez les chevaux obèses (que l’on pourrait comparer au diabète chez l’homme) et du syndrome de Cushing chez les chevaux âgés.

Causes mécaniques: Un effort intense sur sol dur peut entrainer une fourbure, cela concerne particulièrement  les chevaux d’endurance. on parle de fourbure d’exercice. La fourbure d’appui concerne quant à elle les chevaux qui ont subit une boiterie importante (entorse, fracture ) et  mettent tout leur poids sur l’autre membre qui du coup développe une fourbure.

Autres causes: Une fourbure aiguë peut apparaitre suite à une colique, des diarrhées,  une infection de l’utérus après le poulinage (métrite) ou encore une pneumonie. La libération de toxines créée par la maladie va entrainer des lésions vasculaires dans les pieds et engendrer la fourbure. Certains médicaments comme les corticoïdes peuvent également être une cause de fourbure.

Traitement

Comme dit précédemment la fourbure est une urgence médicale et il faut donc appeler immédiatement son vétérinaire. En attendant que ce dernier arrive il est conseillé de ne pas déplacer le cheval, sauf pour le mettre sur un sol souple (litière épaisse) pour plus de confort. On peut cependant essayer de le soulager en refroidissant le pied avec des poches de froid ou en le plaçant dans un seau d’eau froide.

En phase aiguë: Le traitement consiste à traiter la cause (par exemple mettre le cheval à la diète s’il s’agit d’une cause alimentaire) et à soulager la douleur en lui donnant des anti inflammatoires. Le repos sur une litière confortable est essentiel. On peut aussi mettre en place un soutien sous les fourchettes. Enfin un massage des muscles de l’avant bras peut aider à désengorger le membre et améliorer le pompage veineux dans le pied. Un drainage pour éliminer les toxines peut s’avérer lui aussi très utile.

En phase chronique: La maréchalerie prime avec la pose de fers spéciaux (fers en M, fers en cœur,…) le tout en collaboration avec le vétérinaire qui fera un ou plusieurs examens radiographique.  Il est également très important de favoriser la pousse de la corne et de maintenir le cheval sur un sol souple.

La prévention reste primordiale

La fourbure est donc une maladie grave et il est indispensable de limiter les facteurs de risque. Ainsi il faut surveiller de près l’alimentation des individus à risques (poneys, ânes, chevaux lourd…) et mettre en place un régime hypocalorique pour les individus prédisposés à l’obésité en limitant au maximum l’apport de glucides solubles (si votre cheval nécessite un apport énergétique supplémentaire mieux vaut complémenter avec des matières grasses). Enfin les maladies endocriniennes doivent être prises en charge et tout particulièrement le syndrome de Cushing.

Quelles solutions naturelles?

Pour les chevaux sujet à la fourbure on donnera:

Des plantes qui améliorent la circulation sanguine  comme le chrysantellum, le ginkgo biloba, ou l'aubépine

Des plantes drainantes comme le pissenlit, l'artichaut, ou le chardon marie

Des plantes qui soulagent la douleur comme la reine des prés

Et n'oubliez pas que pour gérer vos fourbus, en phytothérapie aussi, le maître mot est  prévention!

pedimixPhyto Fourbure

Pedimix